En un ailleurs.

09/04/2013
Simon Rodriguez

Pris d'un soudain élan de nostalgie, j'ai décidé la semaine dernière de réinstaller Myst III : Exile, le jeu grâce auquel j'avais découvert la série de Cyan Worlds il y a plusieurs années. Je me souviens, après l'avoir acheté sans trop savoir ce que c'était, avoir contemplé la jaquette durant le trajet du retour, essayant de deviner, d'imaginer les mondes et les aventures qui se cachaient au-delà des quelques captures d'écrans présentées. Et le fossé entre ce que je me représentais alors et la réalité était immense.

Couverture Myst III Exile

C'est le pouvoir des Myst, de nous emmener dans des mondes autres, complètement différents, et qu'il faut réussir à comprendre pour progresser. Il y a beaucoup de poésie dans les paysages abandonnés de Myst III, que ce soit sur une île désertique ou dans une jungle géante, dans une pagode antique ou un atoll battu par les vents. C'était par nostalgie de ces moments passés à explorer ces lieux que je relançais le jeu. Et, comme à chaque fois, je me retrouvais déçu : les images qui s'affichaient sur l'écran ne tenaient pas la comparaison avec mes souvenirs sublimés. A l'heure de la haute définition, et malgré ma bonne volonté, les graphismes se retrouvaient inévitablement pixelisés, et, l'antialiasing du jeu aidant, complètement flous. Les captures d'écrans et les images promotionnelles ne permettaient pas de rattraper ce problème, et je me voyais déjà condamné à enfouir cette nostalgie d'aventure et de découverte au plus profond de moi... Lorsque j'ai eu l'idée de fouiller dans les ressources du jeu (grâce à Riveal, un outil formidable), afin de reconstruire des panoramas dans la plus grande définition possible.

Puisque le jeu est essentiellement porté par Quicktime VR, chaque "node" (c'est à dire un panorama à 360° en un point de vue particulier) est composé de six images qui correspondent aux six faces d'un cube au centre duquel se trouve le joueur. Les liens, les sons et l'interactivité sont ajoutés par la suite sur ce rendu. Chaque monde est découpé en plusieurs zones, chacune identifiée par un quadruplet de lettres (LIFO, MMAW,...) et qui contiennent chacune une dizaine de nodes. L'arborescence des fichiers dans les ressources respecte cette répartition, ce qui simplifie la sélection des meilleurs points de vue. Chaque face est un fichier jpeg de 640 pixels de côté, avec une compression efficace (chaque fichier fait environ 100 Ko, et l'ensemble des mondes pèse environ 800 Mo). Une fois les six images d'un node récupérées, un passage par un logiciel de création de panoramas (Photoshop, Pano2VR, ...) permet de fusionner les images et de corriger les déformations. Quelques ajustements de luminosité et de colorimétrie plus tard, on obtient de sympathiques fresques qu'il est facile de redimensionner sans trop de pertes.

Tomhana1

Amateria1

Jnanin2

Jnanin1

Voltaic2

Edanna1

Remarque : Je pense qu'il est possible de faire la même chose avec les lieux de Myst IV (les images sont de plus en meilleur définition), mais chaque face du cube est composée de 9 carreaux qu'il faut réassembler correctement avant de pouvoir reconstruire le node. A moins d'automatiser cette tâche, il sera bien plus difficile de reconstruire des panoramas.

Toutes les images sont sous copyright Cyan Worlds.